<![CDATA[VSP Orkestra - VSP-orkestra-alphorn-cor-alpes-vibraphone-jazz]]> <![CDATA[VSP Orkestra - VSP-orkestra-alphorn-cor-alpes-vibraphone-jazz]]> Tue, November 21, 2017 20:35:16 CET Tue, November 21, 2017 20:35:16 CET fr CMS Nina <![CDATA[Luc]]> Notre ami vibraphoniste Luc Grislin est décédé le jeudi 6 avril 2017 , il est parti au paradis des percussionistes , il était un des membres fondateurs du VSP Orkestra...

]]>
<![CDATA[Shop online]]> Jaquette du premier CD de VSP

“Vibraphone Special Project § the Brass Gang in concert”

Live CD - Total playing time: 60’ 05’’
Recorded live the 6th and 7th January 1995

• available

15,00 ¤ - Shipping costs included

 


Jaquette du second CD de VSP

"Tonight’s episode"


Total playing time: 54’ 30’’
Recorded in 1997

• available

15,00 ¤ - Shipping costs included

 


Jaquette du troisième CD de VSP

« Super Alpen King »

Total playing time: 17’ 51’’
Recorded in March 2001.

• available

10,00 ¤ - Shipping costs included

 


Jaquette du quatrième CD de VSP

"Piment"
VSP orkestra and Arkady Shilkloper

Total playing time: 47’ 13’’
Recorded in 2005.

• available

 15,00 ¤ - Shipping costs included

 


Jaquette DVD«VSP orkestra Concert Live» with Arkady Shilkloper - 2012

Total playing time: 98’ 19’’
Concert recorded and entirely shot ont the 11th of August 2011 at the jazz festival « la Petite Pierre » (France) with Arkady Shilkloper.

Sigle DVD     • available

 10,00 ¤ - Shipping costs included

]]>
<![CDATA[Press]]> Octobre 2005 - Jimmy Braun - Article sur la sortie du CD Piment de VSP Orkestra

Piment : ça swing ! ça groove !

Dès la première écoute de « Piment », on peut savoir où se rangera ce disque autoproduit. Enfin, plutôt sa pochette, car le disque risque de rester souvent en position de lecture, sur les platines des adeptes de big-band énergiques.

« Piment », c’est un voyage et une rencontre, et pour ceux qui aiment les ambiances latines jazz mâtinées de groove funky, la galette sera un vrai délice. Comme dans un bon film d’Emir Kusturica, où les acteurs nous guident vers des surprises qui fusent de suspens en suspens, l’improvisation est ici un fer de lance. Ajoutez à ça une qualité instrumentale très au point et affirmée.

Ne nous y trompons pas, « Piment », le nouvel album du VSP Orkestra (Vibraphone Spécial Project), ne présente pas que des jeunes artistes en devenir, mais bien des musiciens confirmés qui ont déjà roulé leur bosse.

Quatrième album d’un ensemble composé généralement d’une douzaine d’artistes, dont le vibraphoniste Ghislain Muller, le batteur Eric Echampard ou du percussionniste Simon Pomara, VSP Orkestra nous a cuisiné un fameux mélange, dont voici la recette.

1. Ouvrez le disque digipack soigneusement peaufiné par Nicolas Picard, un graphiste qui n’est autre qu’un fidèle passionné de musiques, et faisant partie de la confrérie des batteurs de l’hexagone. Prenez le disque et faite chauffer la platine pendant 47 minutes et 11 secondes, jusqu’à ce qu’il soit bien doré. Réitérez le plus possible cette opération. Fournit sans livret, quelques photographies donneront un visage aux noms des artistes captivants de « Piment ».
2. Pendant le temps de cuisson, laissez-vous plonger dans le son mixé et enregistré par l’ingénieur du son, Benoît Burger, un familier du travail bien fait. Vos oreilles grandes ouvertes et vos yeux rivés sur les morceaux qui passent (trop vites vous verrez !), on découvre des titres aux noms tous plus inspirés que les autres. Entre « Le berger fantaisiste » (piste 2), « Court métrage à minuit » (piste 3) ou « Nuit blanche orientale » (opus 9), les compositions bénéficient des soins d’arrangement et de direction par Pascal Beck, excepté pour le premier titre, « Wupper », une composition par le piment invité, le corniste Arkady Shilkloper. Musicien d’origine russe vivant à présent en Allemagne et déjà entendu au sein du Vienna Art Orchestra.
3. Ne boudez pas le disque, restez captivé et renouvelez la recette, surtout si les ensembles ou compositions du registre des grands Dizzy Gillespie, Chico O’Farrill, Carribean Jazz Project ou Michel Camilo vous font hérisser l’épine dorsale.

« Piment », un régal de percussions et d’instruments à vent en big-band, un délice simple et appétissant, composé de copeaux de jazz, d’un soupçon de fanfare, d’une pincée de groove funky, et surtout d’une originalité singulière, épicée de rythmes caribéens.


Septembre 2005 - Jacques Chesnel - Article sur la sortie du CD Piment de VSP Orkestra sur Culturejazz.free.fr

VSP ORKESTRA & ARKADY SHILKLOPER PIMENT

Bang ! dès les premières notes : l’effet d’une petite bombe. Constatation immédiate, le son d’ensemble : écoutez donc, cuivres et percussions, sans instruments à anches et sans piano. Alors à l’évidence, on pense tout à la fois (références et même comparaisons) aux big bands de Stan Kenton, Don Ellis, Gil Evans, Dave Holland, Chico O’Farrill, Chris McGregor, Machito, Ray Baretto, Tito Puente (plage 8) et bien sûr Dizzy Gillespie (plage 5) tous ici réunis en symbiose magistrale sans l’ombre de quelconque imitation avec ces sonorités inédites ; exemple : cors (french horn) et cors des alpes, conques marines, vibraphones et percussions ! Penseriez-vous que je n’y vais pas avec le dos de la cuillère : je maintiens, persiste et signe, et même plusieurs fois des deux mains et des deux oreilles.

Bang ! Pour ce quatrième album, on débute en fanfare (bien que le dernier titre soit justement une fanfare, bleue) avec ce Wupper, composition et arrangement du corniste Arkady Shilkloper, musicien d’origine russe vivant à présent en Allemagne et déjà entendu au sein du Vienna Art Orchestra. Sa virtuosité étourdissante, à l’égal de Julius Watkins le vibrato en moins, lui permet dans ses solos toutes les audaces qu’on retrouvent également lorsqu’il emploie le cor des alpes (alphorn qui peut être suisse, vosgien ou alsacien, utilisé par les bergers pour communiquer entre eux ; on les appelle des « sonneurs »).

Bang ! et cela continue pendant 47 trop courtes minutes avec la même vigueur, une verdeur roborative qui perdure au cours des plages et des compositions signées Ghislain Muller et Pascal Beck, alternant rythmes et ambiances (du latin jazz à la fanfare), du berger fantaisiste au touristes insomniaques, du court métrage à minuit à la nuit blanche orientale, occasions pour des solistes (outre Shilkloper) de s’exprimer en toute liberté : le trompettiste Serge Haessler, Fred Bocquel et Pascal Beck au trombone, ainsi que les vibraphonistes Ghislain Mulller et Luc Grislin soutenus par la présence d’Eric Echampard, pointure de la batterie (déjà remarqué dans d’autres contextes : les trios de François Corneloup et Marc Ducret) et les congas, bongos et autres percussions bien présentes, sonnantes et pas trébuchantes.

Bang ! Il ne me semble point nécessaire d’entrer dans plus de détails tant je suis ébahi (mais oui) par cette troupe homogène composée de musiciens professionnels, intermittents du spectacle et/ou inclus dans des orchestres ou formations classiques du Nord-Est, notamment dans la région de Strasbourg qui leur apporte son soutien.

Un piment vraiment plus qu’agréable à déguster. Quant à moi, je me remets le couvert encore une fois…

Les trois précédents opus (adressés à ma demande) : VSP with the brass gang in concert (1995), Tonight’s episode (1997) et Super Alpen King ( trois titres seulement, 2001) donnent déjà le son de l’ensemble et montre l’originalité de leur démarche qui s’affirme de disque en disque (arrangements originaux, variétés des thèmes, impeccabilité des ensembles, rigueur de la mise en place) avec une petite baisse provisoire de forme sur le deuxième.

Commander sur internet c’est bien ; trouver les disques dans les bacs c’est mieux. Un bon distributeur (il y en a)…VITE !

A recommander chaudement la visite de leur site :  www.vsp-orkestra.com coloré et ludique, drôle, imagé et sonore, véritable reflet de cet orkestre sans nul autre pareil.

Big band, big Bang !


2001 - Chronique CD d'Olivier Masson pour Central Jazz

VSP Orkestra - Super Alpen King (2001)

Une fois n'est pas coutume, voici une originalité : le VSP - ORKESTRA. Ce groupe, composé de 13 musiciens, vient de sortir un " CD MAXI SINGLE " de trois titres, plein de groove et de gaieté, avec des instruments qui sortent de l'ordinaire.

En effet, outre les classiques cuivres, percus, basse, batterie, et vibraphones, on trouve dans cette formation des cors des alpes et des conques (gros coquillages bien creux qu'affectionne particulièrement le tromboniste Steve TURRE).

Le résultat est étonnant, grâce à de très bonnes compositions, et grâce au fait que la singularité de la formation n'a pas été exploitée à outrance. La peur d'entendre une " musique de cirque " s'estompe dès les premières notes.

Les trois compositions font ressortir trois ambiances tout à fait différentes : la première, " Super alpen king " rappelle certains morceaux du Gambit de Julien Loureau. " Corail Blues ", le second morceau, est fortement teinté de rythmes caraïbéens, avec plein de percus, et la mise en avant des conques.

Enfin, le CD se termine par " juste avant la fin du film ", qui, effectivement, fait très musique(s) de film, du western au polar ricain, le tout soutenu par une rythmique très groovy. Le tout est donc très agréable et novateur, dommage qu'il n'y ait que trois morceaux, on y prend goût.

VSP-ORKESTRA est un groupe de Strasbourg, espérons qu'ils sortiront de l'Est pour nous montrer ce qu'ils savent faire sur scène !


2000 - Chronique CD de Kat sur jazzbreak.com

"SUPER ALPEN KING" - VSP ORKESTRA

Le VSP Orkestra c'est un mini big band dirigé par Pascal Beck et Ghislain Muller, composé de treize musiciens et basé à Strasbourg.

Sur ce maxi single, trois titres, composés et arrangés avec soin par Pascal Beck et Ghislain Muller, qui reflètent le savoir faire et la technicité des musiciens, sur un ton légèrement décalé, avec beaucoup de dynamisme, d'humour et de plaisir de jouer.

Un peu comme une joyeuse fanfare élaborée jouant une musique aux rythmes dansants [et fleurant bon les îles sur "Corail Blues"] où le vibraphone tient une place importante, sans oublier pour autant les cuivres ou les percussions, et où les conques marines et le cor des Alpes apportent une couleur personnelle et originale.

Un groupe à découvrir et à voir sur scène !


]]>
<![CDATA[Legal notices]]> OCTA PROD production : copyright ©
Tous les contenus de ce site sont originaux.
Tout droit d'exploitation et de reproduction réservés.


OCTA PROD production : copyright ©
All rights reserved for the contents of this website.


audio & video copyright SACEM France ©

 

Editeur

OCTA PROD

56 Grand'rue
67700 MONSWILLER

Directeur de la publication :

Renaud LEIPP

Administrateur du site :

OCTA PROD

SIRET  :

531 093 102 00014

 

Création du site web et hébergement

Les aspects techniques et graphiques de ce site ont été conçus et réalisés par Chloé Temesvári.

Le site est hébergé sur Online.net.

Site réalisé avec système de gestion de contenu Nina

CMS Nina / www.cms-nina.fr

Système de gestion de contenu Nina développé par l'agence de communication la couleur du Zèbre

Protection des informations nominatives

Conformément aux délibérations de la CNIL, il est rappelé qu’il est interdit d’utiliser les informations nominatives figurant sur ce site à des fins commerciales. Pour exercer votre droit d’accès, de rectification et de suppression des données vous concernant vous pouvez vous adresser à l’administrateur du site.

Clause de non responsabilité

La responsabilité de la société OCTA PROD ne peut, en aucune manière, être engagée quant au contenu des informations figurant sur ce site ou aux conséquences pouvant résulter de leur utilisation ou interprétation.

Propriété intellectuelle

Le site de la société OCTA PROD est la propriété exclusive de la société OCTA PROD et est protégé par la législation française et internationale sur le droit de la propriété intellectuelle. Aucune reproduction ou représentation ne peut être réalisée en contravention avec les droits de la société OCTA PROD issus de la législation susvisée.

Liens hypertextes

Les sites externes accessibles grâce aux liens hypertextes présents sur le site de la société OCTA PROD ne relèvent en aucun cas du contrôle ni de la responsabilité de la société OCTA PROD.

La mise en place de liens hypertextes par des tiers vers des pages ou des documents du site de la société OCTA PROD est autorisée sous réserve que les liens ne contreviennent pas aux intérêts de la société OCTA PROD et qu’ils garantissent la possibilité pour l’utilisateur d’identifier l’origine et l’auteur du document.

Textes et photos

Sauf mention contraire, les textes et images utilisés pour la réalisation de ce site sont la propriété exclusive de la société OCTA PROD. Toute copie, totale ou partielle, ne peut se faire sans l’accord de leur propriétaire.

Crédits photos

Olivier Duclos, Jean Louis Hess, DNA, Étienne Arondel, & friends

]]>
<![CDATA[Jeremy Lirola]]> Jérémy Lirola découvre la basse grâce aux groupes de rock et de musique africaine dans lesquels joue son beau-père. A neuf ans, il est élève des Percussions de Strasbourg et à 14 ans, il commence la basse électrique. Il s’inscrit ensuite au conservatoire de Strasbourg où il commence la contrebasse.
En 1990 en même temps qu’une licence de musique à la fac de Strasbourg, il entre au Conservatoire Supérieur de Paris où il passe en 1998 son prix de jazz. Il y fait la rencontre marquante de Jean-François Jenny-Clark qu’il côtoie passionnément pendant cette période.

Pendant une quinzaine d’année, il est en tournée et enregistre plusieurs albums (« Le Phare », « Les Arômes de la mémoire », « Parfum de récidive », « Les noces de Dada ») avec le Bernard Struber Jazztet, où il joue avec Eric Echampard, Benjamin Moussay, François Melville, Jean-Marc Foltz, Michaél Riessler, Louis Sclavis, Stefan Oliva, Willem Breuker, Steve Pots, ou encore Ted Curson, Marcel Loeffler , Armang Angster ; il forme un trio avec le guitariste Emmanuel Codjia.

Aujourd’hui, il joue régulièrement en trio avec le pianiste Christophe Imbs et le batteur Francesco Rees, joue dans l’ensemble Azango. Il joue également dans l’ensemble de tango El Umbral formé par la guitariste Graciela Pueyo.

Il forme un nouveau projet entièrement personnel avec le saxophoniste  Denis Guivarc’h, Jozef Dumoulin aux claviers et Nicolas Larmignat à la batterie, lors de sa résidence d’artiste associé au théâtre des TAPS en 2011/12.

 

]]>
<![CDATA[Simon Pomara]]> Percussioniste ayant joué avec des artistes tels que Bireli Lagrène, Steve Pots, Marcel Loeffler, Dino Mehrstein et aussi le Pierre Moerlen's Gong, il apporte son énergie et sa créativité, avec sensualité et humour. Un set de percus mêlant cajon, congas, bongos, derbouka, cymbales, triangles, caisse-claire, accessoires du monde entier et percussions digitales.

Formation classique CNR de Strasbourg - Formation contemporaine - Etudes des compositeurs du XXéme siècle (Varèse, Igor Stravinsky, Kagel, Stockhausen, Xenakis, P.Boulez, F.Zappa, Pierre Henri...).
Co-fondateur avec Jean Batigne du groupe à percussions La Macumba.
Musicien d'orchestre au Philharmonique de Strasbourg, ainsi qu'à l'Opéra. 
Voyages musicaux : Brésil, Haïti, Saint-Domingue, Turquie, Macédoine, Andalousie, Maroc, Mexique, Guatemala, Guadeloupe, Martinique...

Discographie impressionnante (avec : Macumba Percussions, Biréli Lagrène, Gong Pierre Moerlen's, Meret Becker, Marcel Loeffler, Dino Merstein, VSP Orkestra, Roger Siffer, Jean-Marie Koltès, Erden Chouia, Benoit Moerlen, Michel Reverdy...

Musiques de scène pour le théâtre - Musiques de scène pour l'enfance - Musiques pour la danse - Musiques pour films d'animation.
Nombreuses tournées nationales et internationales, festivals pour la musique et le théâtre (Antibes-Juan les Pins, Nancy Jazz Pulsations, Centre Pompidou, Avignon...) -
TV : Taratata, Cap'tain Café... -
Jingles radio / tv -habillages théma Arte...

]]>
<![CDATA[Guy "Guido" Broglé]]> Guy Broclé est percussionniste, batteur, choriste, auteur et compositeur.

Né à Mulhouse d'origine Italo Espagnole.

 
Études musicales : au conservatoire de la Havane à Cuba (conjunto folklorico nacional Habana Cuba)

Cours privés avec : Changuito, Yoel del Sol, Orlando Poléo, Juan Carlo Abreu, Cosimo Lampis (Bale) ...

Enregistrement cd et dvd avec : Loic Pontieux group, Laurent Vernerey, Jean Marie Ecay, Sonando, Vsp, Cécile Solin, Murat Ozturk trio, Franck Bedez, Cookie Dingler, Azango, Miro ...

Tournées et concerts avec : Africando, Miguel Gomez orquesta, Orlando Poléo, Loic Pontieux group, Vincent Bidal, Jean Philippe Fanfant, Thierry Fanfant, Christophe Deschamps, Franck Agulhon, Gipson brothers, Steve Gadd, Luis Conté, Alfredo de la Fé, Teresa Thomason (Usa), Charlélie Couture, Houcine Camara, Jesers ...

Est endorsé par les marques : MEINL et MAPEX

]]>
<![CDATA[Luc Grislin]]> Luc Grislin : vibraphone, percussions

Après avoir commencé la musique en autodidacte il intègre la classe de percussion du conservatoire de Strasbourg dirigée par Jean Batigne. C’est là qu’il y découvre le vibraphone qui deviendra son instrument de prédilection. Parallèlement il étudie l’arrangement, la composition au sein de la classe de jazz de Bernard Struber et participe à la première mouture de l’ORJA (Orchestre Régional de Jazz d’Alsace) dans lequel il restera 4 ans 89-93. C’est également à cette époque et grâces aux rencontres faites au conservatoire qu’il monte ses propres projets ou participe à la bouillonnante scène régionale des années 80-90, c’est ainsi d’ailleurs que débutera l’histoire du VSP orkestra dont il est l'un des membres musiciens fondateurs.

Depuis les années 90 jusqu’à aujourd’hui sa formation de percussionniste le conduira également vers les musiques brésiliennes au sein de divers ensembles.

Luc Grislin a également composé et produit plusieurs musiques de spectacle pour des compagnies locales , musiques de scène pour théâtres etc.

• • •  Notre ami vibraphoniste et percussioniste Luc Grislin est décédé le 6 avril 2017 à l'âge de 53 ans.

]]>
<![CDATA[Ghislain Muller]]> Musician, composer, arranger / principal instrument : vibraphone.Ghislain Muller is also founder member and technical manager of the "Jazzdor festival" Strasbourg France and Jazzdor Strasbourg Berlin-D) / (2015 : 30th ) + concerts Jazzdor Strasbourg "saison" // Ghislain Muller born in France (Roubaix 59) 1950]]> <![CDATA[Eric Echampard]]> Né en 1970. Il aborde la batterie très jeune, attiré vers l’âge de 14 ans par le jazz et l’improvisation. Il est diplômé en percussion classique et contemporaine du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1995.

Il devient membre de l’ORJA dirigé par Bernard Struber en 1992. A ce jour, il en fait toujours partie. En 1993, la rencontre avec Jacques Di Donato est déterminante, il intègre son quintet et devient musicien professionnel. Sa pratique et ses goûts musicaux sont assez éclectiques, il revendique sa culture "pop-rock" qui lui a fait apprécier des batteurs tels Bill Bruford (Yes), Mitch Mitchell (Jimi Hendrix Experience) puis Manu Katché.

Dans le milieu du jazz et des musiques improvisées, il est vite remarqué et va jouer avec de nombreux musiciens : Louis Sclavis, Philippe Deschepper, Claude Tchamitchian, Xavier Charles, Bruno Chevillon, François Jeanneau, Tim Berne entre autres... En 1996 il intègre le trio de François Corneloup (trio et quartet), l’année suivante celui de Marc Ducret. Il est membre du Marc Ducret trio et Gd Ensemble, du trio et Mégaoctet d’Andy Emler, du Michel Portal Quartet, du Portal Quintet avec Louis Sclavis, Bernard Lubat et Bruno Chevillon, de Caravaggio, du Benjamin Moussay trio, du Kimmo Pohjonen duo, du Bernard Struber Jazztet, du Rémi Charmasson Quintet...

Il affine un style de jeu très ciselé, énergique, subtil, précis dans lequel le contrepoint de la percussion prend toute sa signification.

]]>